Niger : 500 ha en voie d’aménagement à Diomana, grâce au PARIIS

A Diomana, dans la commune de Dessa (région de Tillabéri), le PARIIS Niger conduit la réhabilitation de l’aménagement hydro-agricole de 500 ha, donnant ainsi un nouvel élan à ce  projet de réhabilitation qui était une forte ambition du Gouvernement Nigérien.  http://https://drive.google.com/drive/folders/1phoRxXIE366RS9IpuHpgHI0kqvT-vC9G?usp=sharing

Assurément, un pari du Niger en passe d’être gagné…avec le PARIIS.

Dans le cadre de la mise en œuvre de ses activités, le PARIIS Niger a prévu la réhabilitation d’un périmètre Type-4 (grande Irrigation).

Après analyse du contexte et des options en place, le projet a fait le choix de réhabiliter l’aménagement hydro agricole de Diomana, dans la région de Tillabéri.

L’aménagement hydro agricole de Diomana est un ouvrage (Type-4) réalisé en 1992 qui a subi des dégradations ayant affecté l’exploitation optimale du périmètre. C’est dans ce contexte que le Programme Kandadji, un projet aussi financé avec la contribution de la Banque Mondiale, a conduit en 2016 des études de faisabilité pour la réhabilitation de 4 aménagements hydro agricoles dont celui de Diomana.

Le PARIIS Niger s’est donc appuyé sur les résultats de cette étude pour conduire les processus de réhabilitation de l’aménagement hydro agricole de Diomana.

Itinéraires et résultats majeurs atteints

L’aménagement hydro agricole de Diomana est exploité par 13 villages environnants dont la réhabilitation permettra à près de  2000 bénéficiaires directs de renforcer leur production agricole irriguée.

Le PARIIS Niger a ainsi passé par plusieurs phases pour conduire le processus de réhabilitation du périmètre. La première étape a consisté à la relecture du dossier technique existant (APD-DAO-EIES) avec l’appui d’une équipe de 3 consultants en vue de sa mise à jour. La seconde étape a été consacrée à la sécurisation foncière du périmètre à travers l’immatriculation des terres.

Cette activité menée aussi avec l’appui d’une équipe de consultants sous la supervision de l’Office National des Aménagements Hydro-Agricoles (ONAHA), a permis d’identifier chaque parcelle par un numéro unique, l’obtention d’un titre foncier pour le périmètre et la signature de contrat d’exploitation entre l’ONAHA et chaque exploitant.

La remise en état des stations de pompage et de drainage (fourniture et l’installation des électropompes, réhabilitation du génie civil), des infrastructures du périmètre (digues de protection, réseau d’irrigation, réseau de drainage, pistes de circulation), la protection du site contre les menaces d’érosion et d’ensablement ainsi que les mesures d’accompagnement ont constitué la phase critique de la réhabilitation.

Les travaux de réhabilitation sont confiés à deux entreprises de travaux publics. Ces travaux sont actuellement à un taux d’exécution physique moyen de 63% dont 90% pour le volet remise en état des infrastructures du périmètre.

Malgré la conduite de ces activités de réhabilitation sur le périmètre, aucune campagne de production n’a été différée, ni perdue, en raison des dispositions techniques prises par le projet et l’encadrement technique pour assurer la continuité de la mise en valeur.

L’autre phase importante du processus est liée au renforcement du volet organisationnel (renforcement de capacité de l’AUEI et de la coopérative, construction et équipement des bureaux), l’ingénierie sociale et l’accompagnement pour la mise en valeur du périmètre pilotés par l’ONAHA (formation sur des thèmes techniques liés à la production, mise en place d’une unité d’étuvage de riz).

       Un Consultant en grande hydraulique pour appuyer le Niger

Dans le cadre de la mise en œuvre du sous-projet du type 4 de Diomana du PARIIS-Niger, le CILSS accompagne l’UGP et l’ensemble des acteurs intervenant dans ce sous-projet, à sa bonne mise en œuvre.

Les résultats issus de la mise en œuvre de ce seul sous-projet de type 4 identifié dans le cadre du PARIIS, seront capitalisés pour l’amélioration des pratiques dans la grande hydraulique.

A cet effet, le CILSS a inscrit ces objectifs dans le mandat du consultant du pool d’expert, spécialiste de la grande hydraulique.

Le consultant a effectué sa première mission d’appui en juillet 2021, afin de fournir une assistance technique au PARIIS Niger pendant l’exécution des travaux de réhabilitation dudit périmètre irrigué, pour faire en sorte que les techniciens de l’UGP et l’ONAHA, soient outillés pour le suivi de l’avancement des travaux.

La visite de terrain en juillet 2021, a permis de se rendre compte de la qualité des travaux et les échanges avec les bénéficiaires ont permis de confirmer  la maitrise du système d’irrigation et leur implication dans la programmation des travaux .

L’implication des bénéficiaires montre une appropriation suffisante de l’aménagement avec un accroissement des rendements déjà constatés.

Le consultant a également visité les infrastructures d’accompagnement et a pu s’entretenir avec l’association des femmes qui disposera d’un secteur de 35 ha dans le périmètre réhabilité.

La plateforme d’infrastructures (magasin de stockage, décortiqueuses, bureau de coopérative, etc..) contribue à la mise en œuvre de la chaine de valeur de la production à la mise en marché.

Les résultats finaux en termes de superficies réhabilitées et de bénéficiaires directs de l’aménagement seront connus à la fin des travaux prévus d’ici la fin de l’année 2021.

A travers cette réhabilitation, le PARIIS a opérationnalisé l’ensemble des mesures liées à la réforme sur les aménagements hydro-agricoles en maitrise totale d’eau, au Niger.

Le projet intervient actuellement dans 4 régions appelées ZIP (zones d’intervention de projet), à savoir, Agadez, Dosso, Tahoua et Tillabéri, localisées dans 12 départements et 19 communes.

Le PARIIS Niger vient de bénéficier d’un financement espagnol de 15 millions d’euros et se projette sur un nouveau plan d’investissement en superficies aménagés de 3 350 ha,  l’extension de ses interventions à la  zone d’interventions prioritaires  de Maradi.