– Sénégal : Premiers sites de périmètres maraîchers féminins revitalisés par le PARIIS

Les premiers sites de périmètres maraîchers féminins revitalisés par  le Projet d’appui régional à l’initiative pour l’irrigation au Sahel (PARIIS) au Sénégal, ont été réceptionnés en août dernier, à Keur Mamour Lo, village situé dans la commune de Latmingué (Kaolack, centre).

L’objectif est l’aménagement de 22 hectares de périmètres maraîchers au profit de 600 femmes des régions de Thiès, Fatick et Kaolack.

Sur le site de Keur Mamour Lo, les femmes cultivent du gombo, du puma entre autres espèces forestiers, ce périmètre maraîcher féminin contribuant de la sorte « à créer de l’emploi et à régler les questions de qualité de l’alimentation », a salué le Maire de Latmingué, Macoumba Diouf.

« Le périmètre maraîcher féminin de Keur Mamour Lo est aménagé sur un hectare avec un forage, un pompage solaire, un système d’irrigation par goutte-à-goutte et une clôture », a expliqué le Coordonnateur du PARIIS Sénégal, Aly Sané Niang.

Ainsi, pour un coût global d’investissement de 300 millions pour neuf sites d’aménagement, équipés en pompes solaires, système d’arrosage goutte à goutte entre autres équipements, le projet veut élargir ses objectifs sur l’emploi et préconise de fixer le maximum de jeunes dans ses zones d’intervention.

Clôturé d’un grillage, chaque champ est doté d’un forage équipé d’une pompe solaire alimentant un réseau d’irrigation par aspersion. Ces innovations réalisées par le PARIIS vont alléger la corvée des femmes, surtout pour l’arrosage manuel et augmenter considérablement leurs rendements et leurs revenus.

Le forage a un potentiel de 40 m3/h, ce qui peut permettre d’irriguer 5 ha au lieu d’un, correspondant à la superficie actuelle.

Avec  des possibilités d’extension du périmètre jusqu’à 5 ha,  le nombre  de femmes pouvant intervenir sur le périmètre va augmenter.

Les bénéficiaires de ce périmètre  reconnaissent qu’avant l’intervention du PARIIS, elles peinaient à avoir 50 000  francs CFA de revenus par personne. Alors qu’aujourd’hui, elles gagnent plus de 100 000 francs CFA par femme et par campagne, avec de bonnes perspectives, puisque l’appui à la mise en valeur du projet est annoncé pour octobre 2021, lors de la première contre-saison sèche.

Le PARIIS compte mettre en œuvre un plan d’actions afin d’accompagner ces femmes, en renforçant les capacités des bénéficiaires, afin qu’elles maîtrisent les itinéraires techniques, mais aussi qu’elles aient une dynamique organisationnelle permettant de rentabiliser les investissements.

D’autres initiatives telles que la mise en relation avec les banques, notamment la Banque agricole et avec des partenaires pour les aspects de commercialisation, sont également envisagées par la coordination du PARIIS Sénégal.

Ces actions entrent en droite ligne de la vision du PARIIS qui  « vise à répondre aux besoins des populations rurales de façon efficace et dans des délais réduits à travers la réalisation d’aménagements innovants pouvant contribuer à l’accroissement, à la diversification des revenus et à l’amélioration de leur résilience à l’insécurité alimentaire et au changement climatique ».